vendredi 21 janvier 2022

Hawkeye (série)

L’ancien Avenger Clint Barton a une mission apparemment simple : retourner dans sa famille pour Noël. Possible ? Peut-être avec l’aide de Kate Bishop, une archère de 22 ans qui rêve de devenir une super-héroïne. Ils vont devoir faire équipe alors qu’une présence du passé de Barton menace de faire dérailler l’esprit festif.


Hawkeye, c'est la petite série de Noël de Disney. J'avais commencé à la regarder pendant la trêve de confiseurs avec ma fille de bientôt 14 ans. Il nous restait le dernier épisode pour clôturer la série.

Perso, j'avoue n'avoir pas vraiment accrocher la série; je trouvais que l'intrigue démarrait mollement et que l'histoire peinait à trouver un rythme. Ma fille de son côté adorait. J'ai donc fait l'effort de continuer à regarder cette petite série de 6 épisodes jusqu'au bout et finalement je ne le regrette pas, d'abord parce que j'aime regarder une série avec mes enfants, et ensuite parce que le 6e et dernier épisode rattrape les 5 premiers. Au final, une série légère, sans prise de tête, où on trouve un peu du charme des Avengers et qui montre le personnage Hawkeye sous un jour différent, sans compter les invités surprise. Un sympathique spin-off où il est même question de LARP (jeu de rôle grandeur nature).

The Silent Sea (série)

Alors que la planète Terre se meurt faute d'eau, une poignée d'astronautes est envoyé dans une station de recherche abandonnée sur la Lune afin d'y récupérer un mystérieux échantillon qui pourrait bien représenter l'unique espoir de l'humanité. Ils sont loin d'imaginer ce qu'ils vont y découvrir.

Les séries coréennes ont le vent en poupe et The Silent Sea fait partie du lot. En huit épisodes, on nous propose un huit clos intrigant dans un centre de recherche abandonné sur la Lune. D'épisode en épisode, on va en apprendre plus sur ce qui s'est réellement passé dans la station mais aussi sur l'histoire et les motivations des différents protagonistes. L'histoire est bien construite, avec son lot d'angoisse et de peur. La production est soignée, avec une belle économie d'effets spéciaux. La majeure partie de l'intrigue se déroule dans les couloirs de la station.

Sans être la série de l'année - calmons-nous, nous ne sommes qu'en janvier - c'est une production très correcte et une inspiration pour vos scénarios de science fiction un peu horrifique. A convertir pour un ALIEN, un Mothership ou un Those Dark Places.

jeudi 20 janvier 2022

Le livre écorné de ma vie (Lucius Shepard)

Auteur à succès, Thomas Cradle se découvre par hasard un homonyme romancier dont il ne savait rien. Intrigué, il se procure l’unique ouvrage de ce dernier, et réalise bientôt qu’au-delà de leur patronyme, les deux hommes partagent une date de naissance identique, sont nés dans la même ville et ont fréquenté la même université. La lecture de l'ouvrage achève de convaincre Cradle du caractère fascinant de sa découverte, les points communs sont trop nombreux, trop évidents : il lui faut partir sur les traces de cet autre Cradle. Et pour ce faire, une seule destination : le Mékong et ses méandres, entre Laos et Viêt Nam, comme un écho aux motifs d’un narrateur bien plus toxique qu’il n’y paraît. Jusqu'au cœur des ténèbres, en somme, jusqu'à déchirer le voile d’une réalité impensable.

Le livre écorné de ma vie nous livre une expérience étrange, un voyage à la fois initiatique et une plongée dans les méandres les plus sombres et les plus fascinants de l'homme. Un voyage dont on ne revient pas indemne; pour ma part j'avoue ne pas avoir mesurer toute l'ampleur de la révélation finale.

mardi 18 janvier 2022

ALIEN, le jeu de rôle

Ca fait presque deux semaines que je mange du ALIEN à tous les râteliers; après ma lecture de l'excellent kit de démarrage, j'ai continué avec le livre de base, un gros pavé de presque 400 pages richement illustré et plein de règles mais pas seulement puisqu'on y découvre aussi l'univers étendu d'ALIEN, univers qui ne se limite pas aux coursives du Nostromo.

Je ne vais pas revenir en détails sur les règles de jeu qui par ailleurs m'ont semblé très équilibrées et à même de porter l'angoisse et l'horreur inhérentes au genre. Rien que la gestion du Stress et la place qu'il prend partout dans le système de jeu reflètent bien la montée en puissance de la peur, jusqu'à la Panique et assez souvent la mort. Les règles sont cruelles et mortelles. On est dans ALIEN, il ne faut pas l'oublier.

Au-delà du système de résolution, ce livre de base nous décrit un univers qui va bien plus loin que les coursives obscures de vaisseaux à l'abandon ou de colonies désertées et hantées par des Xénomorphes. On découvre l'histoire de l'humanité jusqu'en 2183, l'ascension des grandes compagnies comme la Weylan-Yutani, la conquête des étoiles par l'humanité, la vie rude des colons de l'espace, les guerres entre factions, les systèmes et les stations spatiales, la vie quotidienne sur les lointaines planètes ou à bord des vaisseaux, autant de pistes d'aventures, et pas uniquement des histoires d'explorateurs imprudents qui se posent sur les mauvaises planètes. On nous propose d'aller à la rencontre d'un certain mystère, d'un possible émerveillement face à l'infini ou aux ruines d'antiques civilisations disparues; il est aussi possible de prendre part aux conflits entre les nations de l'espace ou plus souvent entre compagnies. On peut devenir mercenaire ou pirate, ou soutenir la colonisation des planètes et l'expansion de l'humanité en repoussant toujours plus loin la Frontière. Bref, vous l'aurez compris, ALIEN propose une certaine expérience de l'horrifique mais aussi une vision réaliste et dure de l'avenir de l'humanité où il est malgré tout possible de (sur)vivre.

Je n'ai pas encore lu l'entièreté de livre de base, tant les sujets abordés sont nombreux. Et puis ce n'est pas non plus le genre d'ouvrage qu'on lit de la première à la dernière page. Autant j'ai lu attentivement certains chapitres, autant d'autres ont été survolés avec l'intention d'y revenir ensuite si nécessaire, lors de l'écriture d'un scénario par exemple. La maîtrise d'un tel mastodonte - car il faut bien reconnaître que même si les règles de base sont simples, il y a pas mal de cas particuliers à possiblement gérer en cours de partie - prend un peu de temps et surtout de la pratique. Au risque de faire une overdose d'ALIEN, je laisse un peu reposer mes yeux - lire un PDF, c'est une véritable épreuve pour les yeux, surtout avec la mise en page fond noir écriture claire du livre - mais il est presque certain que j'y reviendrai plus tard.

En conclusion je dirais que le jeu de rôle ALIEN fait un sans faute. Si on démarre avec le kit de démarrage (et tout le matériel contenu dans la boîte) et que fort de cette expérience on y ajoute le livre de base, on est vraiment sur des rails pour une expérience ludique et horrifique réussie. Le seul bémol que je pourrais émettre s'il faut vraiment un bémol, c'est celui de la plupart des jeux exploitant une licence: il est plus que conseillé d'avoir vu au moins les deux premiers films de la franchise ALIEN, pour une connaissance basique de l'univers mais aussi et surtout pour les visuels qui sont assez particuliers.

samedi 15 janvier 2022

Le chariot des dieux (scénario du kit de démarrage ALIEN)

Je l'avais déjà lu à l'époque en VO. Je termine sa lecture en VF. Je parle du scénario Le chariot des dieux, proposé dans le kit de démarrage du jeu de rôle ALIEN. Pour le pitch, je vous renvoie à mon article d'avril 2020.

La VF est splendide, profitant d'une mise en page claire et aérée. Le livret de 48 pages reprend bien entendu l'histoire mais il détaille aussi les recoins des vaisseaux susceptibles d'être visités par les PJ ainsi que pas mal de conseils de jeu avec les tests à faire et une rythme à respecter pour plonger vos joueur.euse.s dans la terreur et l'angoisse absolue, là où personne ne vous entendra crier.

Si on ajoute à ça le matériel disponible dans la boîte pour aider à la maîtrise de ce scénario en 3 actes - les cartes de PNJ, matériel, initiative et objectif, le plan en format poster et les pions.jetons en carton - on a un produit de lancement, de découverte et d'initiation quasiment parfait, en tout cas côté joueur.euse. Pour le meneur, appelé maman pour l'occasion, référence à l'ordinateur de bord du Nostromo, ça sera une autre paire de manche. Le scénario, même s'il est bien organisé et expliqué, nécessitera une certaine expérience  de la part du ou de la meneuse pour produire l'effet attendu. Il faudra garder à l'esprit un certain nombre de paramètres et d'événements pour rythmer la partie et pousser le curseur de la peur petit à petit. C'est à mon sens le défi majeur de ce scénario et du genre en général.

Si vous voulez voir à quoi tout cela peut ressembler, je vous conseille de visionner l'actual play du Studio 4D2, sauf bien sûr si vous comptez être un jour joueur.euse.

On a joué à D&D5

Première session de jeu de l'année 2022 à l'atelier de jeu de rôle

Comme promis, on a joué à D&D5 et c'était vraiment super. Je joue un Paladin Humain dans un groupe composé d'un Druide Elfe, un Barde Drakéide et un Barbare Demi-Orc. Un vrai groupe de choc.

Nos aventures prennent place dans un univers imaginé par deux MJ dont l'animateur de l'atelier. Au programme de cette première session: finition des personnages, rappel sur l'univers et les grandes factions qui l'animent, rappel des règles de base de D&D, puis on a joué le début du premier scénario. L'histoire débute dans un petit village où un cartographe nommé Olaf cherche des aventuriers pour l'escorter et assurer sa sécurité sur les routes qui ne sont plus sûres depuis quelque temps. Après une première journée de route, premier bivouac dans des ruines au milieu de nulle part et première attaque nocturne. Un premier combat avec battlemap et figurines, un vrai plaisir tactique. Le combat a pris un peu de temps mais ça valait la peine de bien expliquer les procédures de combat. Question de prise en mains des règles et temps d'apprentissage. Ca sera plus fluide au fur et à mesure des prochaines parties.

Personnellement j'ai adoré cette première session; pour moi qui aie beaucoup joué à AD&D2 il y a longtemps et qui n'aie qu'une expérience très limitée de D&D3, ce fut comme un retour aux sources, une retrouvaille avec mon premier jeu de rôle, même si depuis j'ai pas mal roulé ma bosse dans pas mal d'autres jeux de rôle. Vraiment, une après-midi en plaisir ludique et en émotions.

Bon, depuis un bon mois que je sais qu'on va jouer à D&D, j'avais fait quelques achats et effectué quelques lectures pour me rafraîchir la mémoire et (re)découvrir la 5ième édition. J'étais fin prêt, paré pour l'aventure. Et je n'ai pas été déçu. J'en fait encore des bonds partout.

vendredi 14 janvier 2022

The Expanse (saison 6)

Je viens à l'instant de terminer la sixième et dernière saison de The Expanse, probablement la meilleure série de SF que j'ai vue depuis Battlestar Galactica.

Une saison finale en seulement six épisodes mais qui conclue la série de manière satisfaisante à défaut d'être vraiment originale. On assiste à l'épilogue de la guerre qui oppose la Flotte Libre de Marco Iranos à la coalition des vaisseaux de la Terre et Mars, avec un allié inattendu mais qui aura un rôle décisif.

Cette sixième saison est annoncée comme finale et pourtant plusieurs pistes restent ouvertes et toutes les questions n'ont pas eu leurs réponses. Je me prends à espérer une suite ou un spin-off, et dans un même temps, je dois reconnaître que cette fin, même un peu incomplète, reste correcte et cohérente.

J'ai pris beaucoup de plaisir à regarder cette série et à découvrir l'univers de The Expanse qui, rappelons-le, est tiré d'une saga littéraire signée James S. A. Corey (deux auteurs se cachent derrière ce pseudo). A noter également, et j'en ai déjà parlé sur ce blog, qu'il existe un jeu de rôle dans cet univers. C'est édité en français chez BBE et c'est pas mal du tout, même si je n'accroche pas trop au système; si vous voulez voir le jeu en action, je vous conseille l'actual play sur la chaîne de BBE.