vendredi 23 juin 2017

Les enfants d'Icare (Arthur C. Clark)

Ils sont apparus sans crier gare, leurs immenses vaisseaux flottant au-dessus des plus grandes capitales mondiales.
Les Suzerains, des extraterrestres infiniment plus avancés, et qui affirment être là pour le bien de l’humanité. 
Effectivement, même s’ils refusent pour le moment de se montrer, tout ce qu’ils font pour la Terre s’avère bénéfique : désarmement général, éradication des maladies, de la faim et de la misère.
Pourtant… ne faudrait-il pas se méfier de ses mystérieux bienfaiteurs ? 
Et se demander quelles sont leurs véritables intentions quant à l’avenir de l’espèce humaine ?

Un énigmatique roman d'Arthur C. Clark.
Tout commence avec l'arrivée sur Terre des Suzerains, une race extraterrestre à la technologie très avancée, qui impose la paix à l'humanité.
Sous la tutelle de ses nouveaux maîtres, la Terre est purgée des guerres, de la famine, de la maladie, de la souffrance. Une nouvelle ère, un âge d'or, semble s'ouvrir à l'Homme. Pourtant personne ne connaît les desseins de ces mystérieux bienfaiteurs venus d'au-delà des étoiles.
Avec Les Enfants d'IcareArthur C. Clark nous offre une vision assez particulière de l'avenir de l'humanité, une évolution surprenante et inattendue, une élévation qui n'ira pas sans sacrifice.
A noter que les Enfants d'Icare ont été adaptés à l'écran sous la forme d'une série en trois épisodes: Childhood's End : Les Enfants d'Icare.
Je n'ai pas encore eu l'occasion de la visionner; j'attendais d'avoir terminé le roman. Maintenant que c'est chose faite, je vais m'atteler à la série. Mon retour sur cette adaptation, très prochainement sur ce blog.

lundi 12 juin 2017

2d6+Cool : Monster of the Week

Petit coup de projecteur sur les podcasts Format Court Monster of the Week sur 2d6+Cool.
Comme son nom l'indique, les Formats Courts sont des enregistrements de courte durée (30 minutes) de tablée de jeu de rôle. Le jeu pratiqué est Monster of the Week, un jeu émulant le genre du monstre de la semaine dans l'esprit des épisodes de la série Buffy.
Ca s'écoute comme un feuilleton radiophonique.
Volsung a un vrai talent de MC pour animer et faire vivre le monde autour du personnage de Sarah Morningstar, l'élue jouée par Cassandre, elle aussi très inspirée. Un vrai régal. A écouter absolument !

jeudi 8 juin 2017

Killjoys (saison 1)

Je vous avais déjà parlé de Killjoys dans un précédent billet. A l'époque je n'avais vu que les deux premiers épisodes et bien que la série soit clairement low cost, les personnages et les amorces d'intrigues semblaient prometteuses.
Alors que la seconde saison est sortie, je me suis fait la première saison (10 épisodes de 40 minutes) et je dois bien reconnaître que finalement je n'ai pas été déçu. La série manque de moyens, c'est certain, mais elle compense par le développement d'histoires intéressantes et variées et des personnages attachants dont le background s'étoffe à chaque épisode.
Killjoys reste donc une série sympa et abordable, qui change les idées et détend après une dure journée, en plus d'être une mine d'inspirations pour vos parties de jeu de rôle SF à la Firefly.

mardi 6 juin 2017

Niourk (Stefan Wul)

Les hommes ont régressé à un stade primitif après une catastrophe nucléaire qui a bouleversé la planète. La survie s’est organisée au cœur de tribus. Dans l’une d’elle vit un enfant noir, rejeté par les siens à cause de sa différence. Condamné à mort par leur chef, il se met en route vers Niourk, la ville des dieux. Mais dans cette métropole abandonnée ne subsistent que ruines, radiations et machines étranges...

Niourk de Stefan Wul est un classique de l'anticipation/science-fiction à placer à côté de la Planète des Singes de Pierre Boule. L'auteur nous dépeint un possible avenir de la Terre, dévastée par une catastrophe nucléaire, des villes en ruines, des océans asséchés, des jungles peuplées de féroces prédateurs, une humanité réduite à quelques tribus préhistoriques et des créatures mutantes nées de la radioactivité. Pourtant, un espoir persiste: un jeune garçon, à la peau noire, rejeté par les siens à cause de la couleur de sa peau, va partir pour la cité des dieux, la mystérieuse Niourk. Il y trouvera un destin hors du commun et avec lui, c'est la Terre toute entière qui renaîtra de ses cendres. Un voyage du héros (cfr. Joseph Campbell), un récit philosophique sur notre responsabilité en tant qu'humain vis-à-vis de la Terre, une fable post-apocalyptique passionnante; pour preuve, je l'ai lu en trois jours à peine. Une lecture que je conseille ardemment.

mercredi 31 mai 2017

Logan

Wolverine n'est plus; nous sommes en 2037 et les mutants ont disparu ou se cachent. Logan, devenu chauffeur de limousine, essaie de gagner assez d'argent pour acheter un yacht et prendre la mer avec le professeur Xavier, devenu vieux et dépendant aux médicaments. Mais rien ne va se passer comme prévu. Une étrange fillette trouve refuge auprès de Logan: c'est une mutante possédant le même don de régénération que Logan ainsi que les griffes de Wolverine. Et elle est poursuivie. Logan n'a pas le choix: il va devoir l'aider.

Ce marvel est sans doute le meilleur de la série des X-Men. On est loin des paillettes et des capes/costumes moulants des premiers opus ou des délires spatio-temporels des derniers épisodes de la saga.
Ici, on nous propose une évolution possible du monde après la disparition des mutants; les mutants survivants se cachent, vivent en marge de la société, misérablement. Le monde ne semble plus avoir besoin d'eux. C'est ce côté noir et désespéré qui fait tout le sel de Logan. Cela dit, le film pèche un peu par une débauche de violence mais, il faut bien le dire, Wolverine ne fait pas dans la dentelle; et la gamine mutante n'est pas en reste non plus. J'ai trouvé les scènes de combat un tantinet exagérées mais sans nuire au récit.
Logan est un marvel entre sauvagerie et désespoir. Un bon film d'action mais aussi un drame épique, parce qu'évidemment, on le devine assez vite, tout ne va pas bien se terminer. Pourtant, au-delà de cette noirceur, il y a une lueur d'espoir. La fin reste ouverte et je ne serais pas étonné de voir sortir une nouvelle saga X-Men avec de nouveaux jeunes héros dans les prochaine années. Les voies de Hollywood sont impénétrables.

mardi 30 mai 2017

Cthulhu Dark: le kickstarter est lancé (et déjà financé)

J'avais posé dans un précédent billet la vidéo de promotion pour Cthulhu Dark
Le kickstarter annoncé par son auteur, Graham Walmsley, a démarré hier après-midi comme prévu et il est déjà largement financé (15.196 £ sur les 6000 escomptées). Rien ne semble pouvoir arrêté les Grands Anciens.

dimanche 28 mai 2017

Black-out (Sam Mills)

Stefan, seize ans, vit avec son père, libraire, dans une Angleterre qui a bien changé : des attentats terroristes ont conduit l'Etat à une politique sécuritaire effrayante. Sous prétexte de protéger les citoyens, le gouvernement les contrôle en permanence, les privant de toutes leurs libertés. Les livres sont les premières victimes de ce climat de terreur : tous les classiques de la littérature sont réécrits, expurgés de ce qui risquerait de " corrompre les esprits " ... La conscience de Stefan est tiraillée lorsqu'il découvre que son père cache un supposé terroriste... Et son esprit est troublé lorsqu'il se met à lire, pour la première fois, des livres interdits, dont il ne connaît que les versions " officielles ". Une découverte bouleversante... Ce roman d'aventures haletant, aux multiples rebondissements, fait apparaître la lecture comme ce qu'elle est fondamentalement : un acte libérateur, mais aussi un acte de résistance.

Black-out nous dépend une Angleterre dystopique où la peur du terrorisme a mené le gouvernement à instaurer une politique sécuritaire: les citoyens sont constamment surveillés et encouragés à dénoncer tout comportement suspect. Le contrôle de l'Etat s'étend également aux livres: bon nombre d'ouvrages jugés dangereux sont interdits, voire réécrits pour coller aux exigences de sécurité dictées par l'Etat.
Lorsque Stefan, seize ans, découvre que son père, libraire, fait partie des Mots, un groupe d'activistes opposés au contrôle étatique des livres, et qu'il héberge en secret un terroriste activement recherché, son petit monde va brutalement basculer; il devra faire de douloureux choix: dénoncer son père (en espérant la clémence des autorités) ou lutter contre cet Etat autoritaire.
Un roman qui pose de nombreuses questions sur notre place dans la société et les dérives autoritaires et sécuritaires face à la violence et au terrorisme; la violence est-elle l'ultime arme pour faire valoir ses idées? Faut-il renoncer à sa liberté pour assurer sa sécurité? Les livres ont-ils un tel pouvoir qu'il vaut mieux les interdire? Autant de questions abordées dans ce très bon roman jeunesse.
Un ouvrage aux thématiques terriblement d'actualité. A lire de toute urgence.