jeudi 31 mars 2022

La Nuit des Chasseurs (Yno)

J'en avais déjà parlé il y a quelques années. Je l'ai ressorti et relu. 

En 1883, un trésor de guerre inestimable disparaît dans des circonstances étranges dans la petite ville de Desolation, Texas. Cinq ans plus tard, après avoir tué un groupe de marshals qui se rendaient en ville, une bande de hors-la-loi endosse l’identité des hommes de loi pour retrouver le magot. Cette bande, ce sont vos personnages.

La Nuit des Chasseurs est un shooter signé Yno. En 54 pages, l'auteur nous plante un décor de western crépusculaire et nous propose une histoire édifiante de trésor caché, de hors-la-loi se faisant passer pour des hommes de loi, une ville Désolation, trois rues, des lieux à visiter, des PNJ à rencontrer, des sous-intrigues à jouer. La Nuit des Chasseurs n'est pas qu'un scénario, c'est une mine d'or de petites histoires, parfois à la limite du fantastique, dans un Ouest américain sombre.

Certes jouer La Nuit des Chasseurs demandera un peu d'expérience et de préparation mais tout est là pour jouer une longue campagne ou un simple one-shot au choix, le tout motorisé par les règles génériques du Corpus Mechanica. Pour ce dernier point, je ne suis pas certain de vouloir le faire jouer avec ce système spécifiquement; aucun problème, la partie histoire est agnostique de tout système de jeu.

Si l'envie vous prend de jouer du western et que votre film favori est The Hateful Eight, ce shooter est fait pour vous.

mercredi 30 mars 2022

Snowpiecer (saison 3)

Je termine à l'instant la troisième saison du Transperceneige. Une saison qui a pris son temps pour trouver son rythme et se perd un peu dans quelques tergiversations scénaristiques pour finalement reprendre du poil de la bête sur les derniers épisodes. Une fin en cliffhanger et peut-être une quatrième saison à la clé et la question bonus "que va bien pouvoir raconter cette quatrième saison?"

Personnellement, j'ai moins apprécié cette troisième saison que les deux précédentes mais je ne peux pas non plus dire qu'elle m'a déplu. Une suite correcte, avec un peu de ventre mou mais quelques bonnes trouvailles. Comme je le dis plus haut, l'histoire tend vers sa fin. Que va raconter la quatrième saison? Cela dépendra des scénaristes mais aussi de la rentabilité de la série sur le long terme.

Cela dit, cette série, que je recommande par ailleurs, demeure une petite réussite, un développement intéressant par rapport au film éponyme.

jeudi 24 mars 2022

L'épée brisée (Poul Anderson)

Voici l'histoire d'une épée dont on dit qu'elle fut brisée par Thor en personne. Maléfique. Forgée dans le Jötunheim par le géant Bölverk. Une épée qui, une fois dégainée, ne peut regagner son fourreau sans avoir tué. Voici l'histoire d'une vengeance porteuse de guerre par-delà le territoire des hommes. Un récit d'amours incestueuses. De haine. De mort. Une histoire de destinées inscrites dans les runes sanglantes martelées par les dieux, chuchotées par les Nornes. Une histoire de passions. Une histoire de vie.

Je suis tombé un peu par hasard sur l’Épée brisée de Poul Anderson. Ce qui m'a d'abord attiré dans ce livre, c'est son titre, et aussi un peu sa couverture. Je ne connaissais pas du tout l'auteur, ou alors de nom sans jamais avoir lu aucun de ses écrits. Puis j'ai ouvert le livre et lu la préface de Michael Moorcock. Voici ce qu'il dit.

Deux livres semblables furent publiés en 1954. Le premier, aux Etats-Unis, était l'Epée brisée, de Poul Anderson. Le second, au Royaume-Uni, était La Communauté de l'Anneau, de J.R.R. Tolkien.

A partir de là, je me suis rendu compte que j'étais devant un récit fondateur que je ne connaissais absolument pas. Moorcock explique ensuite les approches fort différentes des deux auteurs par rapport aux mythes et légendes nordiques et celtiques et comment Tolkien a créé un univers en y infusant des éléments issus des légendes alors qu'Anderson a ancré son récit dans ces mêmes légendes, créant une véritable saga dans la lignée de ces mêmes mythologies. Avec l'Epée brisée, on entre de plain-pied dans la mythologie nordique. On croise des Trolls et des Elfes, des géants et des dieux, Odin en l’occurrence. On assiste à une grande guerre qui se déroule sur la terre des hommes mais invisible à leurs yeux car dans le monde féerique. Là où Tolkien invite un univers original où on devine les influences des légendes celtiques, Anderson imagine un monde et une histoire qui s'inscrit directement dans ces mêmes légendes. Bref, deux approches très différentes à partir du même matériel de base.

J'ai beaucoup aimé ce récit. Outre les Elfes et les Trolls, on retrouve aussi des éléments que d'autres auteurs vont développer dans leurs propres cycles fantastiques. L'épée dont il est question dans le roman n'est pas sans rappeler la sinistre Stormbringer d'Elric de Melniboné.

Les amours contrariées de Skafloc et Freda, la haine de Valgard, les contrées fantastiques du Jötenheim, tout nous ramène aux grands sagas vikings. Un récit inspirant dans un roman d'un peu moins de 400 pages. A lire absolument.

samedi 19 mars 2022

D&D5, l'aventure se poursuit

Aujourd'hui, troisième samedi du mois, c'était notre après-midi jeu de rôle avec Donjons & Dragons dans le cadre de l'atelier de jeu de rôle. Comme toujours, quatre heures d'aventures palpitantes.

Au programme cette fois: un potentiel miracle, deux temples, un village au bord de la guerre civile, un shérif un peu trop pointilleux, un gobelin malicieux, une révolte des paysans, un prêtre possédé, une sorcière des marais, un minotaure et une grosse baston où on a bien failli tous y rester, du fun et des jets de dés. Au final, on ne sait toujours pas si le miracle est avéré ou non et le mystère plane toujours sur le village. On sait qu'il y a un truc pas normal dans les marais proches. On ira y jeter un œil la prochaine fois.

Comme à chaque fois, un excellent moment de jeu de rôle. Vraiment on s'est bien amusé et on attend la suite avec impatience. Et quel plaisir pour moi d'être joueur. Faudra quand même que je pense à me remettre à la maîtrise; ça fait un baille. Ca me manque un peu.

samedi 12 mars 2022

Quest, actual play sur 2d6plusCool

Il y a quelques mois.années, je vous parlais de Quest, un très sympathique jeu de rôle orienté vers la découverte et l'initiation. 2d6plusCool propose une série de 4 actual plays sur ce jeu; l'occasion de voir le jeu en action.

J'avais inscrit le visionnage de ces émissions dans ma liste de choses à faire mais je n'avais malheureusement pas trouvé le temps de le faire. C'est chose faite, au moins pour le premier épisode (un peu plus de trois heures de jeu quand même). Un vraiment très bon moment avec du roleplay, des éclats de rire, des péripéties et des situations rocambolesques, bref un très bon moment de jeu de rôle. J'ai encore trois épisodes qui m'attendent.

vendredi 4 mars 2022

Sixième et dernière journée d'Anima

Sixième et dernière journée d'Anima, en tout cas pour nous avec ce matin Moules-Frites, une série de courts métrages, et Flee en fin d'après-midi. Entre les deux, on a coincé un petit Uncharted - rien à voir avec le festival Anima - et quelques courses à Namur.

Ainsi donc une sixième journée pour clôturer un festival Anima plein de découvertes et de belles surprises; très content et aussi très fatigué par ce petit marathon du dessins animé et du film d'animation. Et déjà impatient d'être l'année prochaine pour une nouvelle édition.

Pour ceux.celles que ça intéresse, Anima continue encore, avec notamment la nuit animée demain soir et d'autres projections dimanche, jour officiel de clôture. En guise de conclusion, quelques photos prises aujourd'hui au cinéma Caméo de Namur.



jeudi 3 mars 2022

Encore Anima pour une cinquième journée

Cinquième journée d'Anima avec deux longs métrages; Princesse Dragon d'Ankama et Josée, le tigre et les poissons de Kotaro TAMURA.

Poil est une petite fille élevée par un puissant dragon. Mais lorsque son père doit payer la Sorcenouille de son deuxième bien le plus précieux, c’est Poil qu’il offre, plongeant sa fille dans une infinie tristesse et l’obligeant à fuir la grotte familiale. Poil se lance alors dans un voyage à la découverte du monde des hommes.

Princesse Dragon nous emmène dans un royaume peuplé de dragons, de sorcières-grenouilles, de jeunes princesses et de vilains princes. Un conte sur l'amitié malgré la différence, une histoire pleine d'humour et de péripéties, le tout servi par une très belle animation signé Ankama.

Kumiko, paraplégique depuis l’enfance, vit avec sa grand-mère, qui la surprotège du monde extérieur. Elle demande qu’on l’appelle Josée, du nom d’une héroïne d’un roman de Sagan. Un soir, Tsuneo, brillant étudiant en biologie marine, sauve Josée d’une horrible chute. Suite à cette rencontre, la grand-mère de Josée engage Tsuneo comme aide-soignant.

J'ai vraiment été touché par cette histoire d'amitié et d'amour pleine de poésie, dans la lignée d'un Your Name, le fantastique en moins.

Bref encore deux belles découvertes au terme de cette cinquième journée d'Anima.

mercredi 2 mars 2022

Anima 2022, quatrième journée avec le Sommet des Dieux

George Mallory et Andrew Irvine sont-ils les premiers à avoir atteint le sommet de l’Everest en 1924? Seul le Kodak avec lequel ils devaient se photographier sur le toit du monde pourrait livrer la vérité. Septante ans plus tard, Fukamachi, jeune reporter japonais, pense reconnaître cet appareil entre les mains de Habu Jôji, grimpeur que l’on pensait disparu depuis des années.

Le Sommet des Dieux nous livre une aventure vertigineuse sur le toit du monde; on suit l'enquête du jeune reporter Fukamachi et on découvre le parcours tragique d'Habu, grimpeur renommé en quête de rédemption.

Un véritable chef d'oeuvre; je suis resté scotché sur mon siège durant les nonante minutes de ce film d'animation. J'ai tout adoré: l'histoire profonde et marquée par l'appel viscéral des sommets,  les paysages à couper le souffre, les moments contemplatifs, la patte graphique, l'ambiance musicale à la fois discrète et prenante, la montagne magnifique et cruelle. Vraiment pour moi le meilleur film d'animation du festival, jusqu'ici.

Anima 2022, troisième journée

On continue le festival Anima pour une troisième journée avec Hopper et le hamster des ténèbres - rien que le titre, ça fait envie - et Belle, un animé qui revisite la classique histoire de la Belle et la Bête à l'ère des réseaux sociaux.


Hopper et le hamster des ténèbres nous emmène sur les traces d'un jeune aventurier mi-lapin mi-poulet qui n'a rien à envier à Indiana Jones. Le film regorge d'ailleurs de références et de clins d'oeil qui raviront les amateurs du genre. Une histoire somme toute assez classique avec son lot de temples maudits, de pièges vicieux et d'actions trépidantes, le tout servi par une animation de qualité. Un bon moment.

Avec Belle, on plonge dans le monde virtuel de U où Suzu, une jeune fille timide et meurtrie par le décès de sa mère, va devenir Belle, une chanteuse adulé par des millions d'abonnés. Elle y fera la rencontre d'une étrange Bête qu'elle tentera d'aider. Là encore une animation haute en couleurs et une intrigue basée sur la Belle et la Bête mais pas uniquement. Encore une belle surprise.

mardi 1 mars 2022

Anima 2022

Anima 2022, c'est parti pour une semaine de dessins animés et de films d'animation en tout genre. On l'attendait depuis deux ans. L'année passée, une saloperie de virus nous avait confinés chez nous et obligé Anima à un mode mineur en distanciel. Aujourd'hui, les salles de cinéma sont ouvertes et on peut profiter à nouveau de cette semaine de festival pleine de découvertes, loin de l'actualité anxiogène.

Du coup on s'est fait un petit programme; on a débuté samedi 26/02 avec Trois Histoires de Comboy et Indien, un condensé d'humour belge, avec en bonus la présence des réalisateurs Vincent Patar et Stéphane Aubier. On a continué ce lundi avec Maman pleut des cordes, une sélection de quatre films d'animation. Déjà de belles découvertes. Et la semaine n'est pas encore finie.