mercredi 23 novembre 2011

L'Etoile de Pandore, second tome


Dans le premier tome de son cycle de l'Etoile de Pandore, Peter Hamilton posait le décor et y installait ses personnages.

Tous les éléments de l'histoire étaient en place à la fin du premier opus et le drame pouvait enfin se jouer.
Cette seconde partie nous en dévoile plus sur les mystérieux Dysoniens, leur histoire et leurs motivations.
Les différents personnages présentés dans le premier tome poursuivent leurs histoires respectives; l'intrigue se déploie encore un peu plus.
On a droit dans ce deuxième tome à nettement plus d'actions.
L'invasion du Commonwealth Intersolaire par les Dysoniens a commencé et le choc des premiers combats frappe durement l'humanité.
L'histoire des Gardiens, de leur énigmatique chef Bradley Johansson et du non moins mythique ennemi de l'humanité, l'Arpenteur des étoiles, prend des airs de prophétie face aux évènements tragiques qui secouent les planètes du monde humain, alors que l'excentrique Ozzie poursuit son exploration des chemins silfiens et des mondes hors-normes qu'ils traversent.

La boîte de Pandore est désormais ouverte…
A l’arrivée du vaisseau Seconde Chance, le mystérieux champ de force du système solaire de Dyson a disparu. Les extraterrestres qui y étaient emprisonnés ont immédiatement attaqué l’expédition humaine, qui a dû s’enfuir en abandonnant deux membres de son équipage. Ceux-ci ont été capturés, et leur mémoire pillée. Le secret des trous de ver et du voyage interstellaire est désormais connu des Dysoniens.
Pour défendre le Commonwealth Intersolaire, l’humanité se lance dans la construction d’une flotte de vaisseaux de guerre. Mais, face à des extraterrestres belliqueux, prêts à tout sacrifier à leur désir de conquête, il est sans doute déjà trop tard. L’invasion aura lieu. Il reste juste à savoir quand, et où.
Pendant ce temps, Ozzie, le rasta multimilliardaire, s’est échoué sur une planète glacée, en compagnie d’une poignée d’humains et d’extraterrestres. Il doit trouver un moyen de s’enfuir car la révélation qui l’attend au bout de sa route est peut-être la seule chance de survie  de l’humanité.

Avec ce second tome, Hamilton poursuit son récit tout en nous dévoilant toujours un peu plus son univers de science-fiction à la fois original et terriblement réel.
Les quelques lourdeurs qui apparaissent de temps à autre dans la narration sont largement compensées par les moments où l'action prend le dessus. L'auteur réussit à chaque fois à réveiller l'attention du lecteur aux moments clés de son récit, souvent lorsqu'il s'y attend le moins. Je pense notamment au début de l'offensive des Primiens qui débute lors de la description d'une scène quotidienne de vie de famille sur une des planètes en bordure du l'expansion du Commonwealth. Depuis quelques dizaines de pages, on sait que l'invasion peut commencer à n'importe quel moment, et alors qu'une relative lassitude s'installe dans l'esprit du lecteur, le couperet tombe; l'attaque est soudaine et très violente. On sent la tension presque palpable, fort proche de ce qu'on peut ressentir avec certaines séries TV où la tension et le suspense sont savamment entretenus jusqu'au déclenchement d'évènements tant redoutés.
Sans aucun doute une saine lecture pour tous ceux qui aiment les univers technologiques foisonnants et les grandes épopées space opera. Une saga haute en couleurs qui mérite bien 3 étoiles et demie.
Et j'entame de ce pas le 3ième et avant-dernier volume de l'Etoile de Pandore.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire