mercredi 14 mai 2014

Lunerr

Petit retour de lecture avec Lunerr, roman de Frédéric Faragorn, édité à l'Ecole des Loisirs.

Pour les habitants de Keraël, la cité d'Aëls, il n'y a pas d'ailleurs. Située dans un désert de sable, de pierre et de sel, Keraël est une île sans eau autour. Le mot Ailleurs y est interdit, considéré comme une insulte, un blasphème. Le jeune Lunerr l'a appris à ses dépends. Pour avoir enfreint la règle, il a été fouetté jusqu'au sang et mis au ban de la société. A cause de lui, Mamig a perdu son travail. Qui oserait embaucher la mère d'un paria ? Ken Werzh ! Il semble très intéressé par Lunerr, suffisamment pour faire de lui son lecteur et secrétaire particulier. L'adolescent reste sur ses gardes : le vieillard aux yeux morts paraît doté d'une force singulière. Il se comporte de manière étrange, il tient des propos qui pourraient le faire condamner. Ken Werzh semble détenir un secret, un secret que Lunerr a très peur de découvrir.

J'ai découvert cet ouvrage via l'abonnement lecture de mon fils aîné.
Sous une couverture singulière (je vous laisse en juger) se cache un très bon récit de science-fiction. Le jeune héros, Lunerr, évolue dans une société fermée et isolée du reste du monde. Pour les habitants de Keraël, il n'y a rien en dehors de leur cité. Autour, c'est un désert sans fin. Les lois et les rites entretiennent la peur du monde extérieur et encouragent le peuple à la servilité et à l'adoration des Aëls, des êtres d'essence divine veillant sur la cité.
On devine qu'un cataclysme terrible a sans doute dévasté le monde et a poussé les premiers habitants de Keraël à s'isoler de la sorte; on devine aussi que le vieux Ken Werzh est le dernier dépositaire d'une connaissance issue du passé, et on pressent que Lunerr en sera l'héritier, et qu'il sera appelé à jouer un rôle crucial dans l'avenir de Keraël et de ses habitants.
L'auteur s'amuse à décrire une société régie par des règles strictes, une cité survivante d'une apocalypse dont plus personne ne sait rien. Le jeune héros a cela de différent qu'il est curieux et rêveur, ce qui lui vaudra de se retrouver rejeté, mis au ban de la société, puis recueilli par l'excentrique Ken Werzh, personnage mystérieux et craint, qui occupe pourtant une position importante dans la société de Keraël malgré ou peut-être à cause de son côté iconoclaste.

Si je n'ai pas vraiment été surpris par la révélation des secrets de cette histoire (ce sont des thématiques déjà largement exploitées dans le genre), j'ai apprécié la fraîcheur du récit. Chaque chapitre apporte son lot de secrets mais aussi de découvertes, scotchant le lecture de la première à la dernière page.
La description de la société de Keraël est également très intéressante et donne une idée de ce que pourrait devenir une société totalitaire bâtie autour de la peur du monde extérieur, au point d'en avoir fait une religion et un mode de pensée unique.
Un très bon petit roman de science-fiction, à lire absolument, et qui a une suite depuis peu.

D'un point de vue rôlistique, l'univers de Lunerr pourrait très bien devenir un cadre de jeu, et les joueurs incarner des personnages découvrant, à l'instar du héros du roman, les secrets de la cité. A tenter avec des participants n'ayant bien évidemment pas lu le roman ;-)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire