mercredi 14 mars 2018

Starwars VIII - The Last Jedi

Gros rattrapage cinéma avec ce huitième opus de la saga Starwars, épisode médian de la nouvelle trilogie, intitulé The Last Jedi.
Je n'avais pas vraiment eu l'envie de le voir à sa sortie en décembre 2017; j'étais plein d'appréhension et de crainte vis-à-vis de ce nouvel épisode, d'autant que je n'avais pas trop aimé l'épisode précédent. Je n'avais pas été très tendre à l'époque.
Avec les années, on finit sans doute par voir les choses avec plus de sagesse (certains diront que je me ramollis) et un peu de recul.
Sans dire que ce huitième chapitre de la saga m'a plu, je lui reconnais néanmoins certaines qualités, la première étant de poser le socle d'une nouvelle ère starwarsienne où les vieux grognards comme moi n'auront sans doute plus vraiment leur place mais qui sera la fondation sur laquelle la franchise assurera son avenir avec de nouveaux fans; à en juger par l'enthousiasme de mes enfants qui ont vu le film à sa sortie en décembre 2017, je dirais que ce but est largement atteint.

Revenons à l'histoire: on est dans du Starwars assez classique avec une fois de plus la lutte entre le Bien et le Mal. Rien de nouveau. Bien évidemment, ce sempiternelle jeu de cache-cache entre un empire totalitaire et une poignée de rebelles, c'est le fond de commerce de toute la saga. Je n'ai rien contre ce thème. Pourtant, je n'ai pas pu m'empêcher une fois de plus de faire des rapprochements scénaristiques entre ce huitième opus et l'Empire contre-attaque, lui aussi épisode médian d'une trilogie. Certains diront que je me répète mais les similitudes sont évidentes.
La Résistance est en fuite, comme la Rébellion en son temps; on a même droit à une évacuation d'urgence et à une course-poursuite tout au long du film.
Rey recherche Luke et espère qu'il acceptera de lui enseigner les savoirs et l'art Jedi, comme Luke recherchait Yoda et espérait lui aussi suivre ses enseignements. Luke refuse dans un premier temps puis finit par accepter, comme Yoda.
Rey pense qu'il y a encore du bon en Kylo Ren, comme Luke pour Dark Vador. Elle ne tient pas compte des avertissements de Luke et se jette dans la gueule du loup, comme Luke affrontant Vador sur BespinKylo Ren tend la main à Rey, comme Vador à Luke.
L'affrontement sur la planète Craint, étendues blanches de sel, rappelle les plaines gelées de Hoth; les quadripodes impériaux sont là aussi.
Bref, une foultitude d'images, de séquences et de situations similaires entre les épisodes V et VIII.
Ce n'est pas un mal mais j'ai comme l'impression qu'on nous raconte toujours la même histoire. Depuis 15 ans, on nous sert du Starwars, du Harry Potter et du Marvel à toutes les sauces. Des fois, j'ai envie d'autre chose.

D'autres choses ont eu tendance à me sortir de l'immersion ou m'ont tout simplement posé question.
Certains traits d'humour étaient bien trouvés mais d'autres tombaient totalement à côté; je pense à la diversion de Poe Dameron au début du film.
On nous propose des personnages potentiellement intéressants qu'on n'exploite pas et qu'on passe à la trappe vite fait bien fait; là, je pense par exemple à Phasma.
La séquence sur la planète Cantonica, avec le casino, est une péripétie divertissante mais qui n'apporte pas grande chose à l'histoire.
L'idée de détruire les vaisseaux du Premier Ordre avec un croiseur Mon Camalari en vitesse lumière est bien trouvée; on aurait pu y penser pour détruire les étoiles noires, non?
Et je n'épiloguerais pas sur l'usage exagéré de la Force par Leia (séquence Superman) qui a déjà fait couler beaucoup d'encre. Il faut croire qu'on ne tue pas une princesse Disney si facilement.

Cela dit, peut-être suis-je trop sévère avec ce huitième opus. Ce n'est pas un mauvais film en soi et pour le coup, Starwars VIII est un bon divertissement familial. Mes enfants ont adoré et s'ils sont fans de l'oeuvre de Lucas, c'est un peu grâce ou à cause de moi. Je vais sans doute continuer à surveiller de loin en loin les sorties Starwars mais je ne me fais plus d'illusion: le Starwars que j'ai connu est mort; il faut tourner la page et passer à autre chose. Et que la Force soit avec vous !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire