mardi 16 février 2021

Le bon, la brute et le cinglé

Les années 30 en Mandchourie. Le Cinglé vole une carte aux trésors à un haut dignitaire japonais. La Brute, tueur à gages réputé, est payé pour récupérer cette carte. Le Bon veut retrouver le détenteur de la carte pour empocher la prime. Un seul parviendra à ses fins, s'il réussit à anéantir l'armée japonaise, les voyous chinois, les gangsters coréens et ses deux adversaires.

Le bon, la brute et le cinglé revisite les codes du Western, le tout transposé dans la Mandchourie des années 30. C'est épique et trépidant. Deux heures de poursuites délirantes, de fusillades et de chassés-croisés, le tout servi par une bande son digne des meilleurs westerns. On reconnaît très vite les scènes typiques du genre avec notamment l'attaque de train ou la fusillade dans le marché. Le final est digne du film presque éponyme le bon, la brute et le truand dont il s'inspire largement. Loin du pastiche, le bon, la brute et le cinglé a ses propres atouts et son propre caractère.

Côté jeu de rôle, on est sur une mine d'inspirations pour vos aventures de Deadlands ou de tout autre jeu mettant l'accès sur l'action, pourvu que ça canarde, que ça galope et que ça cabotine un maximum.

Pour info, j'ai découvert ce film en regardant cette vidéo.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire