jeudi 20 mars 2014

Thomas Munier nous présente Inflorenza

Thomas Munier nous explique Inflorenza.
L'auteur y présente son jeu, de sa genèse à cette première édition auto-publiée.
On y découvre les origines d'Inflorenza et le parcours qu'a suivi l'auteur pour finalement obtenir le jeu tel qu'il est présenté aujourd'hui. 
Thomas Munier nous détaille le processus créatif qu'il a suivi, les questions qu'il s'est posées et les choix qu'il a faits. Cette présentation nous permet de comprendre le comment et le pourquoi du fond et de la forme d'Inflorenza qui, il faut bien le reconnaître, est un jeu hors norme.
Inflorenza propose aux joueurs d'incarner des héros, des salauds et des martyrs dans l'enfer forestier de Millevaux, l'univers créé par Thomas. Le jeu est centré sur les personnages, leur découverte de l'univers, leur lutte pour la survie, leur positionnement par rapport aux questions que pose l'univers, et les interactions, alliances et trahisons qui ne manqueront pas de se créer entre les protagonistes.
C'est un jeu d'horreur où les personnages se retrouvent face aux monstres peuplant Millevaux mais aussi face à leur horreur intérieure, un combat fait de choix douloureux qui transformeront les personnages.
Le système de jeu et les règles sont également explicités, leur intégration avec l'univers de jeu et comment les règles favorisent l'immersion dans l'univers de jeu.
Originalité, encore une, le jeu propose deux modes permettant de moduler l'implication des joueurs dans l'histoire et le monde du jeu. On flirte très clairement avec des mécaniques narratifs où les joueurs prennent le contrôle de l'univers de jeu et développent leurs propres éléments de décor.
L'auteur parle également de la production du jeu, du parcours de playtest, la relecture, pour aboutir au final à un pavé de 350 pages (version illustrée).
Le jeu est disponible en version texte librement téléchargeable et en impression à la demande via lulu.com. Un PDF illustré à prix libre est également disponible sur demande auprès de l'auteur.
Le livre est aussi, cerise sur le gâteau, proposé en version artisanale, imprimée, reliée et dédicacée par Thomas Munier himself.
Pour tout savoir sur Inflorenza et sur son auteur (très enthousiaste), je vous invite à visiter le blog de Thomas Munier.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire