dimanche 31 décembre 2017

Starwars The Old Republic, la bataille d'Ilum, compte-rendu de partie

Fin décembre et probablement dernier jeu de rôle de l'année avec une séance de Starwars The Old Republic avec mes trois enfants.
Nous avons retrouvé les personnages de Caedus (guerrier Sith joué par mon fils aîné, 15 ans), la Traqueuse (chasseuse de primes mandalorienne jouée par ma fille cadette, 9 ans) et Opérateur 4 (agent impérial joué par mon fils cadet, 10 ans) au cœur de la bataille d'Ilum.
Ilum est une planète sous contrôle de la République et une des rares source de cristaux d'Adéga, matériau indispensable à la fabrication de sabre laser.
L'Empire voudrait mettre la main sur les précieux gisements mais la planète est fortement défendue et une invasion ne sera possible qu'une fois les canons et le champ de force défendant l'astroport neutralisés. C'est la mission primordiale qui est confiée à nos héros.
Pratiquement, la dite mission est divisée en plusieurs phases: le blocus de la planète par le flotte impériale et la bataille spatiale qui s'en suit, l'atterrissage dans une vallée proche d'une des entrées du spatioport, la neutralisation d'une patrouille, l'attaque de l'entrée des installations de la République, la prise d'assaut du poste de commandement et le piratage de l'ordinateur contrôlant les tourelles et le champ de force.
Les PJ ont affronté des nuées de chasseurs au cours d'une bataille spatiale épique. Au sol, ils ont combattu des soldats de la république, des droïdes de combat et des Jedis.
Une séance de 3 heures de pure action avec tirs de blaster, éclairs de Force et combat au corps à corps à la vibro-lame et au sabre laser. L'occasion pour chacun des PJ  de faire montre de ses aptitudes au combat avec à la clé la victoire finale de l'Empire.
Les enfants ont été ravis de la partie. Il faut dire qu'on n'avait plus joué depuis les vacances d'été et que cette partie de Starwars était vraiment très attendue).
Côté système de jeu, ça a bien tourné même si on arrive déjà aux limites des mécaniques de jeu avec parfois quelques lourdeurs et des additions qui nous sortaient un peu de l'immersion, ce qui m'encourage encore à aller vers des règles plus légères pour une narration plus fluide. Cela étant, ça n'a pas eu l'air de gêner mes jeunes joueurs ni de freiner leur enthousiasme.
J'attends d'avoir testé Cold World et ses mécaniques inspirées d'Apocalypse World avec mes enfants pour voir si cette approche plus narrative leur convient aussi. Ca sera pour début 2018 je l'espère. J'ai déjà préparé le terrain et discuté avec eux du thème (la survie) et du cadre de jeu (du post-apo glacé); leurs premières propositions m'ont semblé prometteuses, qu'il s'agisse de leurs personnages ou des éléments du cadre de jeu à définir au cours de la première partie. Cela fera l'objet d'un prochain compte-rendu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire