mercredi 14 octobre 2020

Hellboy en jeu de rôle (1)

Hellboy a toujours occupé une place spéciale dans mon cœur de rôliste. J'avais d'abord été séduit par le trait de Mike Mignola, trait que j'avais également retrouvé dans l'adaptation en BD du Cycle des Épées de Fritz Leiber. Jadis, j'avais acheté l'une des premières adaptations jeu de rôle sous GURPS, ouvrage que j'avais trouvé utile d'un point de vue univers mais nettement moins d'un point de vue règles de jeu. Je l'ai d'ailleurs revendu depuis.
Début septembre, j'avais vu passé un financement participatif pour un nouveau jeu de rôle Hellboy, motorisé cette fois par la 5ième édition de Donjons & Dragons. Dans un premier temps, j'avoue avoir été un peu dubitatif sur la pertinence d'adapter cet univers à 5E mais depuis, je me suis (re)plongé dans cette fameuse 5E à côté de laquelle j'était passée et je me suis dit "finalement pourquoi pas".
J'ai donc téléchargé le Quickstart proposé sur le site de kickstarter et je me suis lancé dans sa lecture attentive.
Parallèlement, histoire de me remettre dans le bain, j'ai ressorti mon album de Hellboy Les Germes de la Destruction et j'ai revu le premier film de la franchise, à mon humble avis le meilleur.
On nous propose donc un nouveau jeu de rôle dans l'univers de Hellboy où on incarne des agents du Bureau de Recherche et de Défense Paranormale, le fameux BPRD. J'imagine qu'on pourra incarner aussi des personnages emblématiques comme Liz ou même Hellboy mais pour l'heure, le Quickstart nous propose des agents un peu plus conventionnels.
Le livret de jeu compte une cinquantaine de pages. Après une rapide présentation de ce qu'est un jeu de rôle, on aborde les règles de base de 5E: caractéristiques et modificateurs, bonus de maîtrise, compétences, jets de dé pour les tests de compétences, d'attaques et de sauvegardes, la règle de l'avantage/désavantage qui est un peu le couteau suisse de la 5E, une description rapide des compétences, les règles de combat, les différentes conditions qui peuvent affliger les personnages, les points de vie, les niveaux de blessure, les possibilités de soins. Deux règles originales sont proposées: les points de Bonne Fortune (Ingenuity) et les points de Malédiction (Doom); je précise qu'à ce stade, aucune traduction française officielle n'a été proposée et que je les traduit comme je les comprends au vu de leurs usages en jeu.
En gros, à chaque jet de d20, les joueur.euse.s sont invités à lancer 1d10 en plus. Sur un 10, le personnage gagne un point de Bonne Fortune. Sur un 1, le.la Meneur.euse de jeu gagne un point de Malédiction. Comme vous l'aurez deviné, ces points sont là pour faciliter ou compliquer la vie des personnages.
Un fumble peut se produire si le personnage échoue et gagne un point de Malédiction en même temps. Sur papier, ces nouvelles règles que sont la Bonne Fortune et la Malédiction me semblent intéressants. A voir si ça ne risque pas d'alourdir le jeu. A voir si on ne doit pas simplifier les choses et rester sur l'échec critique sur un 1 naturel et la réussite critique sur un 20, règles qui d'ailleurs sont partiellement utilisées, en plus du d10 qui ressemble fort au dé libre de Starwars maintenant que j'y pense.
La seconde partie du livret est consacrée à une aventure d'initiation intitulée Le Triste Cas de Mary Pim. L'histoire est fournie avec des plans en couleurs et 5 personnages prétirés. J'en suis là de ma lecture.  La suite très prochainement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire