jeudi 8 octobre 2020

Raised by Wolves (saison 1)

Deux androïdes sont chargés d'élever des enfants sur une mystérieuse planète.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Raised by Wolves est une série très déconcertante. Imaginée par Ridley Scott, elle met en scène deux androïdes qui tentent d'établir une colonie humaine sur la planète Kepler 22b à partir d'un lot d'embryons congelés. Tout ne va pas se dérouler comme prévu et l'arrivée d'un vaisseau-arche venu de la Terre va tout bouleverser. 

Outre une esthétique très particulière, Raised by Wolves mélange allègrement science-fiction, haute technologie, religion et croyances mystiques. Au fil des épisodes et des flash-back, on découvre le pourquoi du comment de la présence des deux androïdes et de leurs enfants sur la planète.

Vous allez devoir vous accrocher pour arriver à comprendre l'ensemble de l'intrigue, certaines choses n'étant juste pas expliquées dans la série, ce qui pourrait frustrer certain.e.s. Pour ma part, je dirais que, jusqu'à l'épisode 8, j'arrivais encore à suivre mais les deux derniers épisodes brouillent totalement les cartes, au point que certains éléments restent pour moi totalement incompréhensibles.

Côté réalisation, si globalement ça tient à la route, j'ai déploré certains effets post-prod un peu cheap, ce qui est plutôt surprenant pour une série de ce niveau.

Encore un point un peu décevant: le jeu de Travis Fimmel, trop proche à mon goût des mimiques de Ragnar Lothbrok. C'est d'autant plus décevant que les autres acteur.trice.s offrent une bonne performance.

En résumé, Raised by Wolves est une série très surprenante autant pour son visuel que pour son intrigue, même si elle reste obscure par certains aspects. Le mélange de high-tech et de religion prend le contre-pied de pas mal de séries de science-fiction où la foi et les croyances ne sont évoquées qu'en toile de fond; ici, la religion et l'athéisme forment la structure même d'une grande partie du récit. C'est d'ailleurs un des éléments qui m'a le plus plu dans cette série et que je pourrais bien reprendre dans un jeu de rôle.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire