lundi 2 octobre 2017

Equals

Dans un monde utopique futuriste, les émotions ont été génétiquement éradiquées et tout le monde vit en paix au sein du Collectif. Les émotions y sont considérées comme une maladie incurable et dégénérescente. Nia et Silas vont tomber amoureux mais doivent cacher leur relation hors-la-loi. Avec l'aide d'un petit groupe de résistants "malades", ils vont tenter de rejoindre la Péninsule, une terre sauvage loin du Collectif où ils espèrent pouvoir vivre librement leur humanité retrouvée.

Je n'ai pas regardé ce film pour le formidable jeu d'acteur de Kristen Stewart quoique pour le coup, vu que les protagonistes n'ont aucune émotion au début du film ou doivent les cacher, elle joue plutôt bien (ok, là, je suis un peu méchant).
J'ai choisi de regarder ce film parce que j'aime les dystopies et que je suis toujours avide d'en découvrir une nouvelle.
Equals, c'est un peu Roméo et Juliette au pays de Big Brother. Les émotions y sont non seulement interdites mais elles sont vécues par les protagonistes comme quelque chose de dangereux et d'étrange, une malade mortelle et irréversible. Ils ne vivent pas leur état initial de robot-humain comme une sanction ou une contrainte. C'est tout le contraire. Pour eux, l'émotionnel est contre-nature. Et ce n'est que petit à petit qu'ils se rendent compte qu'en fait, les émotions sont dans la nature humaine. Et c'est là tout le piquant de cette dystopie.
Visuellement, le monde du Collectif est épuré et sans relief, à l'image de sa doctrine. Les émotions ayant été génétiquement éliminées, les cités sont fonctionnelles, les gens normalisés, les habits uniformisés. Les habitants du Collectif vivent côte à côte sans échange véritablement en dehors de conversations fonctionnelles strictement nécessaires.
Dans un tel monde, Nia et Silas sont obligés de vivre leur relation en secret au risque d'être internés puis éliminés.
Equals n'est peut-être pas un chef d'oeuvre du cinéma, loin s'en faut, mais il a le mérite de présenter une dystopie intéressante et une esthétique inspirante, à recycler dans vos parties de jeu de rôle.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire