vendredi 17 juillet 2020

Un(e)secte (Maxime Chattam)

Et si tous les insectes du monde se mettaient soudainement à communiquer entre eux? A s'organiser? Nous ne survivrions pas plus de quelques jours. Entre un crime spectaculaire et la disparition inexpliquée d'une jeune fille, les chemins du détective Atticus Gore et de la privée Kat Kordell vont s'entremêler. Et les confronter à une vérité effrayante. Des montagnes de Los Angeles aux bas-fonds de New York, Un(e)Secte est un thriller implacable et documenté qui va vous démanger.

Le polar n'est pas ma lecture de prédilection, loin de là; je n'avais jamais lu de romans de Maxime Chattam et je ne connaissais cet écrivain que via les nombreuses vidéos et actual play Rôle'n Play proposés par Black Book Editions. Ce qui a peut-être achevé de me convaincre, c'est l'entretien avec Maxime Chattam diffusé par Rôliste TV, dans son bureau, au milieu de sa petite galerie des curiosités. Bref, je suis entré dans une libraire et j'ai commandé Un(e)Secte (à vrai dire, c'est mon épouse qui l'a commandé pour moi).
C'est donc sans a priori que j'ai lu ce polar à la limite de l'horreur. J'ai beaucoup aimé cette enquête en parallèle menée par les deux protagonistes, Atticus Gore, inspecteur du LAPD et la détective privée Kat Kordell de New York. Le rythme du roman est habilement maintenu en alternant les deux enquêtes, pour converger vers une vérité terrible et glaçante. C'est clair qu'après la lecture de ce roman, vous ne regarderez plus jamais les insectes de la même façon. 
Le titre du roman est une petite trouvaille en soi.
Difficile d'en dire plus sans risque de déflorer le sujet; ça serait dommage.
Un roman à lire absolument, que vous soyez fan ou non de l'auteur. Une très chouette et angoissante lecture de l'été.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire