lundi 28 août 2017

Kill Switch

Un physicien fait face aux conséquences apocalyptiques d’une expérience ayant pour but de rechercher une source d’énergie illimitée. Il se lance dans une course contre la montre pour sauver l’humanité.

Fan de Half Life 2, Kill Switch est fait pour vous.
Dans un futur proche, la société Alterplex annonce la découverte d'une nouvelle source d'énergie propre et illimitée.
Cette production énergétique révolutionnaire s'appuie sur la création d'une copie de notre monde mais sans vie, un écho stérile d'où l'énergie serait littéralement pompée par une tour énergétique. Bien entendu, lors du lancement de sa tour énergétique, rien ne va se passer comme prévu. Le monde écho présente des anomalies, notamment des êtres vivants, copies de ceux du monde réel.
Will Porter, le héros, va devoir passer dans ce monde parallèle et accéder à la tour énergétique pour y déposer un étrange boîtier.

On est clairement dans une intrigue à la Half Life 2, Will Porter assumant le rôle de Gordon Freeman. Hormis les séquences de flashback qui permettent d'un peu comprendre l'intrigue, le film est tourné en mode FPS, ce qui ajoute encore au sentiment d'immersion propre au jeu vidéo.
Clairement, ce n'est pas l'intrigue qui est à retenir: elle tient la route mais n'est pas d'une grande originalité. On retiendra plutôt la vision à la première personne et l'ambiance générale assez oppressante puisqu'on ne voit le monde que par les yeux du héros, vision qui devient floue et instable lorsque ce dernier prend des coups et subit des blessures.
Au final un assez bon film à voir si vous avez aimé Harcore Henry (c'est nettement moins déjanté; Hardcore Henry m'avait foutu la gerbe) et si vous êtes fan de la licence Half Life.
Côté jeu de rôle, l'histoire est un scénario prêt à jouer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire