dimanche 28 juillet 2019

Les Chroniques de Cthulhu, 21 contes d'horreur lovecraftienne : compte-rendu de lecture (2)

Je continue mon compte-rendu de lecture des Chroniques de Cthulhu avec les cinq contes suivants.
Usurpation (William Browning Spencer); une expérience étrange dans l'ombre de montagnes hallucinées, mais cette fois situées dans le désert du Nouveau Mexique. Une divinité très ancienne hante les collines désertiques, attirant irrémédiablement ses proies. Un récit captivant et bien amené.

Le livre de Denker (David J. Schow) est une variation sur le thème d'un célèbre livre interdit. Une nouvelle courte et assez cryptique.

Les habitants de Wraithwood (W.H. Pugmire) emmène le lecteur à la découverte d'un manoir tapi au plus profond de la forêt et de ses habitants très particuliers. Un récit entre folie et cauchemar, où les peintures grotesques d'un dénommé Pickman semblent une fois de plus jouer un rôle.

Le Dôme (Mollie L. Burleson) est un conte sensiblement plus court mais évocateur; un magasin de seconde main au fin fond du Nouveau Mexique s'avère être un portail vers une dimension cthulienne.

Rotterdam (Nicholas Royle) surfe sur une hypothétique adaptation du Molosse de H.P. Lovecraft au cinéma. Le protagoniste, repéreur pour le compte de la maison de production, va devenir malgré lui le héros d'une histoire sordide, digne du maître de Providence. Âmes sensibles  s'abstenir. La fin est particulièrement ignoble.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire