lundi 22 juillet 2019

Transmettez la flamme du jeu de rôle !

Hier, fin d'après-midi, je rentre de mon jogging et je trouve mes trois enfants rassemblés autour de la table de la cuisine avec des feuilles, des crayons et des dés. J'ai un doute.
Ce soir, je rentre du boulot, je trouve mes trois enfants rassemblés autour de la table de la cuisine avec des feuilles, des crayons et des dés. Plus de doute. Ils font un jeu de rôle.
Pour la petite histoire, ça fait déjà quelques années que je les ai initiés au jeu de rôle, du médiéval fantastique avec l'Anneau Noir et Lone Wolf RPG, du space opera avec une adaptation maison du MMORPG Starwars The Old Republic, de l'action avec Tiamat, du post-apo avec Cold World.
C'est toujours moi qui prenait le rôle du meneur de jeu. Malgré mes propositions répétées, aucun de mes enfants ne souhaitait passer derrière le paravent.
La semaine dernière, mon fils cadet (14 ans) a participé à un stage de vacances Jeu de Rôle. Il a énormément apprécié ces cinq jours passés à jeter les dés et à explorer des mondes imaginaires et apparemment, il y a eu comme un déclic puisque depuis hier, le voilà meneur de jeu pour son frère aîné (16 ans) et sa petite sœur (11 ans). Il leur improvise une partie dans l'univers de Starwars the Old Republic, un univers qu'ils connaissent bien. D'après ce que j'en comprends, les histoires tournent autour de missions pour le compte de la République, contre les sbires Sith ou les malfrats des différentes factions mafieuses qui hantent les bas-fonds de la galaxie. Il y a pas mal d'actions et de combats, le tout motorisé par des règles simples à base de dés à six et quatre faces, pas mal de narration et de gesticulations, de mimes et de cris pour illustrer l'action trépidante propre à ce genre d'aventures.
C'est tout à la fois très bruyant et plein d'enthousiasme. Mon petit cœur de quadragénaire vétéran du jeu de rôle trésaille de joie devant cette transmission de la flamme rôliste. Il ne me reste plus qu'à me mettre à table avec eux. Pour l'heure, je reste sagement en retrait, de peur de briser la magie de l'instant, tendant l'oreille et suivant leurs aventures avec un petit sourire satisfait.

3 commentaires:

  1. Il me tarde que tu nous raconte comment tu as ternis leur coeurs purs en créant un grosbill cahotic evil sur-optimisé prêt à trahir le groupe à tout instant pour une poignée de crédits galactiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    2. Tu peux attendre. Jeepee n'a jamais joué que des persos plutôt handicapés. Le gros bill c'était moi. Mais c'est très relatif vu qu'en tant que MJ, il a toujours très très bien limité les montées en puissance. Avec Jeepee, les dragons resteront toujours dangereux. Surtout si on les attaque avec 4 pv. (souvenirs°°° :-D ) Non ce n'était pas moi.

      Supprimer