mardi 3 mars 2020

Rétrograde (Peter Cawdron)

Liz Anderson est l'une des cent vingt personnes vivant au sein de la colonie martienne Endeavour. Entourée de ses collègues représentant les principaux pays du monde, et sous la direction de quatre agences spatiales travaillant de concert, Liz s'est engagée pour une mission de dix ans sur la planète rouge. Mais la camaraderie martienne vole en éclats lorsque, sur Terre, le feu nucléaire pleut sur plusieurs grandes villes. Les communications sont coupées et les colons se retrouvent isolés à des dizaines de millions de kilomètres de chez eux. Qui croire quand les rumeurs prennent le pas sur l'information ? Vers qui se tourner quand les rivalités entre les nations resurgissent ? Et comment, malgré le chagrin et l'incompréhension, continuer à agir pour le bien de la colonie et de l'humanité tout entière ? D'autant qu'à chaque instant Mars peut vous tuer.

J'ai véritablement dévoré ce roman de science-fiction très inspiré de Seul sur Mars. Au-delà de l'aspect hard-science très bien documenté et qui apporte beaucoup de crédibilité à l'ensemble, Rétrograde explore surtout les interactions sociales entre les individus des communautés de la colonie martienne alors qu'une guerre nucléaire vient de se déclencher sur Terre, opposant vraisemblablement leurs pays respectifs. On joue sur les peurs des uns et des autres, la confiance et la loyauté, dans un environnement confiné, sur une planète relativement hostile à la vie, à des millions de kilomètres de la Terre. Bref, un mélange hautement explosif. Un roman assez court, autour des 350 pages, mais terriblement efficace, plein de surprises là où on ne les attend pas nécessairement. Une très chouette découverte littéraire. Je vous le recommande chaudement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire